De l’intérêt des standards du web

Il y a quelques temps, j’assistais en pur spectateur, à une secousse de la blogoshpère à propos des standards du web. Certains affirmant que les standards n’apportent rien et font perdre du temps, d’autres au contraire les défendant toutes griffes dehors.

A cette époque là, a mon grand dam, je n’avais pas encore ce blog pour pouvoir répandre le fond de ma pensée sur vos petits écrans (c’est pas propre ça…). Je profite donc de la chose aujourd’hui pour donner mon point de vue sur les nouvelles normes du web.

Dis papa, c’est quoi les standards du web ?

Bien que ne je connaisse que peu de pères à pouvoir instruire leurs rejetons sur le sujet, les standards du web ce sont tout simplement les normes de développement conseillées pour créer un site (une application ?) web. Les standards vous disent, « c’est comme ça qu’il faut faire, la norme est celle là ». Après bien entendu, libre au développeur de la suivre ou de ne pas la suivre.
Les standards du web [en] sont établis par des associations [en], des groupements de personnes généralement bien au fait du fonctionnement de la toile et de son évolution.

Mais alors ? Où est la question ?

Si c’est une norme, pourquoi ne pas la suivre tout simplement ? C’est la première question que je me suis posé, et j’y ai répondu très vite : c’est une remise en cause (partielle ou totale) de ce qui s’est fait jusqu’à présent. Et comme chacun sait, les remises en causes ne sont pas toujours les bienvenues. Pourquoi appliquer les standards du web à un site qui passe très bien sous tous les navigateurs ? En théorie, ce n’est pas nécessaire. Et pourquoi faudrait-il établir nos futurs sites web de manière différente si on a moyen de les faire s’afficher de manière identique pour tout le monde ? La réponse réflexe sera « J’ai un truc qui marche, je ne vais pas tout refaire pour répondre aux normes ».

Oui mais…

Une fois qu’on potasse un peu les standards (CSS 2, xHTML…) on s’aperçoit très vite qu’il y a nombre de choses qui sont plus rapides à développer avec les standards que sans. Un rollover par exemple, vous savez, ces petites images qui changent quand on passe la souris dessus, et bien jusque là, il fallait impérativement le faire en javascript. Oui, mais si le javascript est désactivé sur l’ordinateur de l’internaute ? Hum ? Et bien il ne se passe plus rien. Personnellement, je m’étais un peu penché sur la question, en javascript, il est assez difficile d’obtenir un rollover très fluide. Il faut souvent attendre que les petites images se chargent, et les différents navigateurs effectuent le changement chacun à leur vitesse. C’est un peu désagréable. Et si vous avez l’habitude d’avoir un rollover en bas de page (bouton retour par exemple), il faut changer les chemins à chaque fois ou bidouiller un fonction particulière un peu lourde. En CSS, on peut aussi faire des rollover très simplement (a:link et a:hover) et là, bizarrement, tout devient plus simple, tout devient fluide.
Ceci n’est qu’un exemple parmi tant d’autres, j’aurais aussi pu appuyer sur le fait que le développement dans le respect des standards permet une écriture du code beaucoup plus rapide et plus propre, qu’il est ensuite possible de changer entièrement l’apparence d’un site en ne modifiant que les fichiers CSS, et que surtout, le respect des standards permet une lecture du site beaucoup plus facile pour les moteurs de recherche et autres logiciels adaptés (gestion d’un handicap, traduction, indexation, etc.)

La simplification du code

On vient de voir qu’un des avantages des standards est la simplification du code. Si cela est vrai en (x)HTML, c’est surtout vrai quand on commence à développer un peu avec un langage interprété côté serveur (ASP, Php). Dans ce cas, il n’est plus besoin de faire afficher une part des informations avec une part du design. On se contentera de faire ressortir les informations. Le design, quant à lui, sera géré par les fichiers CSS. Sous entendu, en Php par exemple, on ne produira plus un echo de 10 lignes avec un tableau contenant les informations voulues mais un echo avec uniquement les infos voulues. Le jour où on veut modifier la couleur du fond de l’information, on ne revient pas dans le Php mais uniquement sur la classe employée dans le CSS.
Elle est pas belle la vie ?

De nouvelles choses à maîtriser

Bien évidemment, travailler avec les standards demande de les connaître, et de connaître notamment les langages permettant de les mettre en oeuvre. Donc, il faut acquérir ou approfondir certaines connaissances. Et cela nous mène tout droit à une nouvelle fracture au sein des webmasters. Créer un site respectant les standards n’est plus, du coup, à la portée du premier venu et cela est bien dommage. Cependant, quand j’ai commencé à écrire mes premières pages HTML, il fallait déjà apprendre un langage, puis après, sont venus les logiciels WYSIWYG. Gageons que ces logiciels se mettent au goût du jour assez rapidement. Pour l’heure, il existe déjà NVU qui effectue à merveille cette prouesse.

Quelques outils pour développer avec les standards

Perso, je me sers essentiellement de Firefox, avec quelques extensions telles que Web Développeur (compatible FireFox 1.5), HTML validator et Dom inspector (natif). Pour FireFox, il peut être aussi très intéressant d’ajouter 2 nouveaux moteurs de recherche qui permettent un accès direct à la doc HTML et CSS. Côté logiciel WYSIWYG, je viens de le citer, c’est Nvu. Quand au développement Php ou Asp, un bon TsWebEditor suffit.

Un commentaire

  • Par Cinquante 

    D’accord avec toi sur l’ensemble, j’apporte quelques logiciels pour éditer du php/html
    Crimson, freeware, qui permet de se connecter sur un ftp pour récupérer sa page, et qui l’upload tout seul comme un grand. Sur Windows.
    Quanta+ Sur Linux.

Ajouter un commentaire