Bientôt besoin d’un passeport pour bloguer ?

Carnaval Vénitien à Annecy Décidément, je trouve que la méconnaissance d’Internet par notre classe dirigeante est de plus en plus flagrante ! Le Sénateur Jean-Louis Masson a récemment fait une proposition de loi visant à interdire les blogs anonymes (ou sous couvert de pseudo). Si l’idée de base, qui consiste à vouloir éviter les dérives (diffamation et autres) n’est pas mauvaise en soi, la solution me paraît à la fois disproportionnée et techniquement irréaliste.

Disproportionnée d’abord parce que pour quelques dérives, c’est un très grand nombre de blog fermera ses portes. Quid du blog d’un professeur qui serait obligé de laisser nom et adresse ? De celui d’un gendarme ? D’une caissière ?
Quid aussi du blog d’ado qui va publier tous les sentiments qui lui passent par la tête ? Sera-t-il aussi « libre » s’il faut qu’il montre patte blanche, ou s’abstiendra-t-il tout simplement ?
Il ne faut pas oublier que la publication sur un blog n’est déjà plus à l’heure actuelle plus totalement anonyme, même si votre nom n’apparaît pas en haut de la page, l’hébergeur connaît au moins votre e-mail, les numéros IP des machines utilisées, votre FAI connaît vos coordonnées bancaires, etc… Les outils sont déjà présents pour permettre de retrouver un auteur anonyme si besoin est.

Techniquement irréaliste d’autre part, parce que la loi française s’applique… en France. Et qu’Internet est un poil plus large (un peu non ?). Qu’adviendra-t-il d’un blog diffamant s’il est publié à partir d’un autre sol ? Pas grand chose hein ? Nous sommes d’accord.
Par expérience, on sait que l’utilisateur trouvera toujours un biais pour arriver à ses fins, il suffit de regarder l’évolution du piratage de musique pour s’en convaincre. A règlementer sans être compris des principaux intéressés, les technologies évolueront pour contourner ce type de lois. Par des systèmes de publications à l’étranger ou par une migration des utilisateurs vers d’autres technologies. A quand le passeport pour s’inscrire sur Twitter ?
Parfois, la règlementation (comme la prohibition) rencontre malencontreusement l’effet inverse de celui escompté (ouaip, je pousse volontairement un peu loin).

Bref, ne serait-il pas plus simple, et plus sain, d’éduquer nos enfants pour qu’ils apprennent à rechercher l’information, à faire leur propre analyse, à se méfier de certaines sources sur Internet plutôt que de chercher à contrôler strictement un réseau qui n’est autre que le reflet de notre société et donc parfois tout aussi tordu ?

C’est pour les raisons (entre autres) évoquées ci-dessus que je viens de signer l’appel pour la défense du droit à l’anonymat sur Internet, lancé par des personnes qui maîtrisent parfaitement leur sujet. N’hésitez pas à faire de même et relayer l’information.

Illustration : CC Skazar

Ajouter un commentaire